Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 00:10

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/13027180485300196/django_in_Congo_copy.jpg

Il est inconcevable de parler du développement du Jazz en Amérique sans parler de la Nouvelle Orléans, et particulièrement de l’endroit où  les noirs déportés dans le Nouveau Monde se réunissaient tous les dimanches après midi pour célébrer leurs cultures et se reconnecter avec l’Afrique : cet endroit c’est Congo Square

De 1817 à 1856 les africains déportés et réduits en esclavage, se retrouvaient à la périphérie du Quartier Français de la Nouvelle Orléans, et pouvaient en toute légalité pratiquer leurs musiques qui étaient normalement interdites par les lois en vigueur à l’époque aux USA: des lois racistes et esclavagistes.

Il est également inconcevable de parler de Jazz en France, (la seconde patrie de cette musique, qui a permis aux afro-américains comme Eugène Bullard et Joséphine Baker, artistes et héros de guerre, d’échapper aux lois ségrégationnistes des Etats Unis d’Amérique), sans parler de Django REINHARDT.

 

"Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance" Genèse 1 v 26

 La première chose que possède un homme en venant au monde c’est son image et son nom. Le crime contre l’Humanité que représente la traite des noirs a fait perdre à l’africain ,à la fois son image et son nom. Le projet “Congo Square: Mémorial des Héros Africains” a pour ambition de permettre aux africains de retrouver leur image et leur nom, par la mise en lumière des contributions qui ont permis aux africains d’enrichir le patrimoine culturel de l’Humanité, tout comme  les autres peuples, et d’établir un véritable dialogue entre les cultures du monde. Le Mémorial concerne les héros noirs  grands combattants pour la liberté (1ère et 2ème Guerre Mondiale, la Révolution Haïtienne, Française, Américaine, Mexicaine...), les scientifiques et les artistes ,qui par leurs invention ont contribué à rendre le monde meilleur.

 

 It don't mean a thing if it ain't got that swing: voilà pourquoi vous trouverez à côté du Jazz, tel qu'il a été défendu par Jazz Hot (La plus vieille revue spécialisée de culture Jazz en France), les chants et musiques Gospel, originaires de Congo Square, à la Nouvelle Orléans.

Les géants du Jazz Manouche seront présents. Tony WINTERSTEIN et les LAGRENE BROTHERS vous permettront de savourer la pureté d'une Jam Session, avec des thèmes du parrain du Hot Jazz, Django REINHARDT, et des compositions de leurs crus. Guitaristes fragiles abstenez-vous d’un tel concert. Tribe of Praise vous fera voyager du Fleuve Congo au Fleuve Mississippi.

PROGRAMME  AU 46 SQUARE FRIANT 

 

Conférence:

Django, Shango & Congo Square - 16h30 à 18h00      

Concerts:

Accueil du public - 18h30 à 18h45

Tribe of Praise (Gospel) - 18h45 à 19h30

Guest Stars & Jam session avec:

Tony Winterstein & Lagrene Brothers -19h45 à 20h45

 

Cocktail dinatoire : participation 7 € - 20h45 à 22h 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 23:57

MEMENTO

J'ai trouvé ce matin ces gerbes de fleurs honorant la mémoire de nos grands parents qui sont partis très loin de chez eux pour se battre pour des hommes et des femmes qu'ils ne connaissaient pas, et pour lesquels ils sont morts cependant. Certains parmi eux se sont battus pour faire honneur à leurs familles et la patrie française, d'autres parce qu'ils avaient été enrôlés de force. Beaucoup parmi eux croyaient que leur sacrifice allait soulager leurs enfants et leur descendance du joug colonial. Leurs motivations étaient nobles, leur courage exemplaire.

Le souvenir des héros de la Grande Guerre en France est entretenu par de gens remarquables. J'ai vu dans la Somme des cimetières très bien entretenus, avec des pelouses impeccablement taillées: quels soins, quel dévouement pour des événements qui se sont déroulés il y a presque un siècle! Pourquoi?

Au-delà de la commémoration de la fin de la première guerre mondiale, qui rassemble la nation, il y a encore plus.

Le souvenir du courage, des exploits, des victoires du passé sont indispensables pour la force d'un peuple, afin de lui permettre d'aller de l'avant. En effet la force d'un peuple ne réside pas exclusivement dans sa puissance de feu ou dans son économie. Aujourd'hui le pays fait face à une situation économique et sociale très difficile. Les caisses sont vides, où trouver les ressources? Les premières ressources d'un  pays sont ses ressources humaines: et la première ressource d'un peuple c'est son moral, ses valeurs morales et son intelligence.

Dans la Grèce antique, tout comme chez les romains, la technologie et toutes les ressources matérielles de ces civilisations n'ont jamais été décisives pour leur permettre de se dépasser et vaincre l'adversité. Les grecs anciens étaient "hantés" par les exploits de leurs héros. Lorsqu'ils étaient moralement abattus, il suffisait qu'ils se souviennent de leurs ancêtres, de ce qu'ils avaient accomplis, et du fait qu'ils étaient leurs descendants pour eux aussi accomplir des exploits.

Lorsqu'Alexandre de Macédoine est parti faire la guerre contre l'ancienne puissance coloniale perse, économiquement et militairement plus forte que la Macédoine, il était habité par le souvenir de "son ancêtre" Achille, héros de la guerre de Troie.

Dans la guerre économique, les capitaines d'industries japonais partis à la conquête du marché américain et du marché mondial, ont également mobilisé les ressources morales hérités des anciens samouraïs.

La France a tellement d'exemples dans son passé pour aller de l'avant.

Je regrette que la mémoire du rôle des noirs dans les deux guerres mondiales soit si peu connue, et très peu entretenue. Les derniers survivants de la Grande Guerre d'origine africaine n'ont pas pu profiter de la décristallisation tardive. Je me suis engagé à défendre leur mémoire, ainsi que celle de tous ces héros oubliés du passé, comme du présent qui se sont illustrés dans les grands combats pour la liberté, la science et les arts, notamment à travers la musique. Depuis 6 ans je fais du lobbying pour financer la construction du Mémorial des Héros Africains, dans la belle terre de Picardie, où mes grands parents sont venus se battre pour libérer la France et l'Europe. Ce projet s'appelle CONGO SQUARE.

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 02:45

L'INVENTION DU QUILOMBO: ESPACE DE LIBERTE ET D'EGALITE POUR LES NOIRS, LES INDIENS ET LES  BLANCS DANS L'AMERIQUE DU SUD DEPUIS LE XVIème siècle

Zumbi-dos-Palmares

Quilombo ! Voici un mot qui a traversé l'histoire depuis le puissant royaume Kongo, jusqu'à l'Amérique latine, jusqu'au Brésil, pour être le symbole de la lutte contre l'oppression et toutes les formes de servitudes dégradantes pour la dignité de l'Homme. Il symbolise un havre de paix dans un océan de dure servitude, un oasis de liberté dans la fournaise ardente de la déshumanisation de l'homme africain, à travers la traite.

Quilombo est l'ordre social diamétralement opposé à la société esclavagiste imposé par la couronne portugaise au Brésil. Dans la société colonial brésilienne, miroir de la société inégalitaire du Portugal avec à sa tête les Fidalgos, le Quilombo est une anomalie: pour la première fois des hommes de toutes les couleurs et de toutes les conditions vont pouvoir vivre côte à côte sans discriminations. Dans le fameux Quilombo de Palmares, sous la direction de Ganga Zumba, bien avant Zumbi Dos Palmares, des africains, des indiens et des européens blancs vont expérimenter un "vivre ensemble" inédit dans l'histoire. Il faudra attendre la Révolution des Oeillets pour voir émerger durablement une société démocratique au Portugal, après plusieurs siècles de monarchie et des décennies de dictature.

Quilombo est la traduction de l'antique concept de la MAAT.: une société organisée autour du principe fondamentale de la Justice, de l'Harmonie et de la vérité, si chères aux anciens africains, et qui a mis à genoux le système esclavagiste d'une manière cinglante.

Zumbi et ses compagnons ne se sont pas contentés de jouir de leur liberté dans les quilombos: ils sont également partis conquérir celles de leurs frères encore dans les fers.Il n'est donc pas étonnant que sa vie représentait une lourde menace pour la société esclavagiste, mais également pour la société inégalitaire de l'Ancien Régime portugais. Pour l'éliminer, les portugais ont eu recours à ce que Kwamé N'krumah a appelé le "cancer de la trahison". Zumbi n'est pas tombé parce qu'il a été faible: c'est la trahison qui a eu raison de ce grand stratège militaire. Les portugais ne vont pas se contenter de le tuer physiquement, car le nom de Zumbi était déjà rentrer dans la légende. Ils vont également tout faire pour le tuer symboliquement, par des sévices atroces, notamment en lui mettant ses organes génitaux dans la bouche...

 

 

Zumbi Dos Palmares, le plus grand héros africain de l'Amérique du sud.

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 03:54

http://sd-1.archive-host.com/membres/up/13027180485300196/Claude_Ribbe.jpg

 


Un internaute a écrit que les eclavagistes qui maltraitaient les Africains "traitaient à peine mieux les Européens qui n'étaient pas de la même classe sociale qu'eux. C'était donc un racisme qui dépassait la couleur, à la limite les noires craignaient moins que les soubrettes blanches" 

Non. Dire cela, c'est aller absolument à l'encontre de la réalité historique sur laquelle tout le monde est aujourd'hui à peu près d'accord. D'abord, au XVIIe siècle, mieux vaut parler d' "ordres" que de "classes". Ensuite, tous les ordres (ou toutes les classes) profitent du système de l'esclavage des Africains. Depuis le noble de cour qui vit des rentes de l'esclavage jusqu'au matelot embarqué sur le navire de traite, en passant par le prêtre, qui fait semblant de croire que l'Africain est malgré tout un homme, et l'armateur bordelais, qui ne s'embarrasse pas de telles subtilités, il y a un consensus absolu dans l'opinion dominante (à de très rares exceptions près) pour déshumaniser l'homme nègre qui n'est - presque tous en conviennent - qu'une chose, une marchandise. Le racisme, dont le principe est de justifier cette exploitation, repose de manière absolue sur l'essentialisation de la couleur.

 

Non, il n'y a pas de racisme qui "dépasserait" la couleur et qui s'appliquerait indifféremment aux "blancs" ou aux "noirs". Les différences de condition qui règlent les rapports entre un maître et sa domestique n'ont rien, absolument rien, à voir avec les relations entre un colon et une esclave, laquelle n'est pas considérée comme un être humain, mais seulement comme un objet de jouissance qu'on peut impunément violer, torturer et, à la limite, mettre à mort. La domestique reste aux yeux du maître, même si elle si elle est exploitée et méprisée, une femme. Si le viol n'est, à l'époque, qu'une circonstance aggravante du rapt et de l'adultère, le rapt et l'adultère, transgressions de l'ordre social, sont punis.

 

Conclusion : la désinformation historique sur ces sujets alimente, de toute évidence, l'actuelle relativisation du racisme par l'extrême droite.
Sur une autre remarque concernant la critique du fait que je "victimiserais" les "noirs".
D'abord, ceux qui, dans l'humanité, distinguent des "noirs" et des "blancs", n'ont rien à faire parmi mes amis. Et je les invite à en tirer toute de suite les conséquences.
Ensuite, ceux que les Européens ont stigmatisés comme "noirs" ont bien été victimes de cette stigmatisation et des effets économiques, sociaux et culturels, qu'elle a produits et qu'elle produit encore. 
L'esclavage des Africains est un crime contre l'humanité. Le racisme est un délit.
Pour le nier, il faut vraiment être un imbécile complet ou un fieffé salaud.

 

Pour en finir avec cette histoire de racisme "anti-blancs". 


Entre le XVe et le XVIIe siècle, les Européens ont inventé les races et le racisme pour exclure de l'humanité les Africains qui ne leur demandaient rien et, de là, les exploiter de manière génocidaire comme cela a été fait à partir du XVIIIe siècle. La situation perdure, sous d'autres formes et d'autres appellations. Ce sont les Européens, pas les Africains, qui ont divisé l'humanité en "noirs" à exploiter et en "blancs" exploiteurs. Ce sont les Européens, pas les Africains, qui se sont abattus comme des sauterelles sur tous les continents pour sucer le sang des hommes et des bêtes, couper les arbres, vider la terre de ce qu'elle contient, affamer les survivants et les pousser au désespoir et à l'exil. L'exploitation sociale justifiée par le racisme à l'intérieur de nos frontières, l'exploitation coloniale justifiée par le racisme à l'extérieur me semblent assez manifestes pour que les bourreaux ne viennent pas en plus se poser impunément en victimes. Les "races" pour diviser l'humanité, le racisme qui en découle fatalement sont des perversions utiles à l'exploitation des Africains et de leurs descendants. Ni les Africains ni leurs descendants ne sont responsables des conséquences de ce système infernal qu'ils n'ont pas inventé, dont ils n'ont jamais profité. L'histoire a montré que le racisme, imaginé pour exploiter et détruire les Africains pouvait aussi se retourner contre les Européens. Et s'il y a eu du racisme "anti-blancs", il me semble que c'était dans les années quarante. On ne peut pas en imputer la responsabilité aux Africains, aux Antillais qui ont donné leur vie pour lutter contre le racisme, y compris ce racisme-là, ni aux Afro-Américains qui ont libéré les camps.

 

Ceux qui, au XXIe siècle, pour stigmatiser les Africains, les Antillais et les musulmans, osent parler de « racisme anti-blanc » alors que le racisme ne vise justement que les Africains, les Antillais et les musulmans, devraient savoir que le seul « racisme anti-blanc » qu’on ait jamais vu, c’est le nazisme, stade suprême du racisme, qui n’était le fait, que je sache, ni des Africains, ni des Antillais, ni des musulmans.

Claude RIBBE.

link

 

Né à Paris le 13 octobre 1954, Claude Ribbe est un ancien élève de l’École Normale Supérieure de la rue d'Ulm, où il fut l'élève de Louis Althusser et de Jacques Derrida, agrégé de philosophie, il a enseigné et occupé divers postes dans l'administration ou les cabinets ministériels (Centre national du cinéma, cabinets des ministres de l’Éducation et de la Justice).Attaché aux principes républicains et opposé à l'assignation « ethnique » développée par certains idéologues, il est devenu le spécialiste d'une histoire de la « diversité » dont la France n'avait jamais voulu admettre l'existence.

Il est notamment l'auteur de Alexandre Dumas, le Dragon de la Reine, un ouvrage consacré au général Dumas (2002), a valu à Claude Ribbe de prononcer une allocution au Sénat lors du transfert des cendres de l’écrivain Alexandre Dumas - le fils du général - au Panthéon (30 novembre 2002).

Le chevalier de Saint-George (Perrin, 2004).Biographie. Le premier ouvrage à rétablir la vérité sur le chevalier de Saint-George, dont certains auteurs peu scrupuleux avaient altéré la biographie en recopiant des romans du XIXe siècle. L'ouvrage a inspiré à Bartabas un spectacle équestre écrit par Claude Ribbe et joué à Versailles devant 50 000 spectateurs en 6 représentations (août-septembre 2004).

Le Crime de Napoléon (Privé, 2005) Pamphlet. contre la politique raciste et esclavagiste menée par Bonaparte en France et dans les colonies à partir de 1802. Cet ouvrage a été traduit au Brésil (Os Crimes de Napoleao 2008), en Italie et en Chine. Le Crime de Napoléon a permis de réexaminer les origines du racisme français.

Le Diable noir (Alphée Jean-Paul Bertrand, 2008). Biographie. L'aboutissement des recherches biographiques consacrées au général Dumas et se fonde sur des documents inédits, notamment la correspondance des compagnons du général (adaptation en documentaire pour la télévision). Il a siégé, de 2005 à 2008, la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme (CNCDH). 

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 16:22

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/13027180485300196/POUR_EN_FINIR_AVEC_copy.jpg

 

Le racisme n'est pas uniquement la croyance en l'existence de races: réduire le racisme à une "simple croyance" est une escroquerie intellectuelle.

 

 

Le racisme c'est aussi le pouvoir. Un pouvoir qui s'exprime physiquement, politiquement, militairement, économiquement, académiquement, spirituellement/"religieusement" et enfin médiatiquement. Toutes ces formes de pouvoir ont une incidence directe, immédiate sur leurs victimes, dans le cas d'espèce les victimes sont des afro descendants, des noirs.

Quelle est le pouvoir politique des noirs en France? Quelle est le pouvoir économique des noirs en France? Quelle est le pouvoir militaire des noirs en France? Quelle est le pouvoir des noirs dans les hautes instances académique de France? Quelle est le pouvoir des noirs dans l'Eglise Catholique Romaine, dans les synagogues, les mosquées et les temples bouddhistes?

Quelle est le pouvoir des noirs dans le PAYSAGE AUDIOVISUEL DE FRANCE, HAUTE SPHERE DE L'EXERCICE DU POUVOIR SYMBOLIQUE?????MONSIEUR COPE ARRÊTEZ DE NOUS DISTRAIRE!

La première cause de discrimination en France, selon les statistiques de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité, EST LA DISCRIMINATION PAR RAPPORT A L'ORIGINE. Qui a le pouvoir de refuser d'embaucher, de louer un logement...

Heureusement que dans ce magnifique pays qu'est la France il ya encore des hommes authentiques, à droite comme à gauche, qui ne sont pas prêts à toutes les compromissions pour acceder au pouvoir. Il y a et il y aura toujours des Français en France.

Mon nom est Okemba M'otsangou et j'approuve ce message!

 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 02:13

http://sd-1.archive-host.com/membres/up/13027180485300196/AMBASSADEURS_DE_LEGALITE_2013.jpg

 

L'idée de rendre systématique dans les établissements scolaires l'enseignement de la morale républicaine a produit une forte résonance au sein d'Impro Nord. En effet, depuis 2007 nous  proposons, en partenariat avec le rectorat de l'Académie d'Amiens, aux lycées de la région picarde, des interventions organisées par des étudiants formés dans le cadre de l'Opération Ambassadeurs de l'Egalité, afin de vulgariser les principes fondamentaux de la République Française, avec une incursion dans l'histoire de France, l'histoire des idées, l'histoire du peuplement de la France, et par quelle processus elle est devenue une nation, une République indivisible, qui assure l'égalité de tous ses citoyens sans discriminations.

 

Les cinq années d'expérience capitalisées dans ce domaine nous ont permis d'enrichir et d'adapter le format et le contenu de nos interventions, à la fois à l'Université et dans les lycées.

Les étudiants inscrits en Faculté de Droit  recoivent à travers le programme Ambassadeurs de l'Egalité, une spécialisation en droit de la non discrimination, dont le contentieux est de plus en plus important à la fois au niveau national, comme au niveau du droit communautaire. Cette formation n'oblige nullement les étudiants qui y participent à faire des interventions dans les lycées de Picardie.

Nous organiserons plusieurs sessions de formation par groupes de 15 étudiants minimum au cours de l'année universitaire 2012/2013.

Soyez nombreux à vous inscrire. 

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 07:57

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/13027180485300196/un_personnage_royal_Royaume_dIfe_XIIIe-_XIVe_siecles_Nigeria_copy.jpg

Le cycle de conférence Race, Racisme et Religion reprend le mercredi 3 octobre avec les étudiants Allemands et Africains de Bochüm. En prélude à l'année de l'Allemagne en France, Impro Nord va partager son expérience de la lutte contre les discriminations, en explorant les champs de l'histoire des idées, la sociologie, les sciences politiques, la théologie et l'analyse des politiques publiques.


La recrudescence des mouvements néo-nazis en Allemagne, comme "Blood and Honour" (Sang et Honneur), remettant au goût du jour la doctrine "Blut und Boden" (le Sang et le Sol), ne doit pas nous faire perdre de vue, que c'est malheureusement en France, que l'idéologie de l'inégalité des races a vu le jour avec le comte Arthur de Gobineau, en 1853 avec son fameux Essai sur l'inégalité des races. Le racisme est un fait social total, il serait utopique de vouloir le combattre en ignorant son caractère global (Le droit, la religion, l'économie, les sciences...).


Les idées dangereuses de Gobineau n'avaient pas inquiété la majorité de ses comtemporains, au moment de leur publication, parce qu'ils avaient eu la naïveté de croire qu'une idée ne pouvait pas faire de mal. Hitler étant passé par là, cela n'a pas beaucoup changé chez nos comtemporains...


"Les deux variétés inférieurs de notre espèces, la race noire, la race jaune, sont le fond grossier, le coton et la laine, que les familles secondaires de la race blanche assouplissent en y mêlant leur soie tandis que le groupe aryen, faisant circuler ses filets minces à travers les générations ennoblies, applique à leur surface, en éblouissant  chef-d'oeuvre, ses arabesques d'argent et d'or" dixit le Comte de Gobineau.

A suivre...

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 04:29

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/13027180485300196/MASTER_CLASS_-_light.jpg

 

Comme cela vous avait été annoncé, la Master Class From Limpopo to Mississippi River sera organisée le vendredi 20 juillet 2012 dans l'Amphitheâtre Jean Cavaillès, à l'Espace Dewailly, 3 place Louis Dewailly à Amiens.

 

PROGRAMME 

14h30 Projection du film Besouro Le Maître de Capoeira, de João Daniel Tikhomiroff. Besouro Manganga est le héros national du Brésil considéré comme le plus grand capoeiriste de tous les temps.Le film sera le point de départ de notre réflexion sur les échanges culturels entre l’Afrique, l’Europe et l’Amérique du sud, dans le domaine musical.

   

15h30 Débat  

16h00 Master Class From Limpopo to Mississippi River


16h30 Psychologie des musiques d'Afrique centrale. (Dr Yves Lekanda)   

17h00  Pause  


17h15 L'écho de la forêt: le Nkul, instrument mythique du peuple Beti. (Paulin Bertrand Bidzogo, directeur Mango Tree)


17h45 Le Tango: du fleuve Congo au fleuve Uruguay, en passant par le Guadalquivir. (Okemba M'otsangou, directeur Impro Nord)  


18h15 Echange avec le public 

18h30 Fin de la Master Class

 

Partager cet article

Repost0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 00:32

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/13027180485300196/CONGO_SQUARE_AMIENS_72DPI.png

Travaillant depuis plusieurs années dans la thématique du dialogue interculturel et de la lutte contre le racisme, au niveau national et international, en organisant des conférences, des formations et diverses formes de sensibilisations, Impro Nord a développé, grâce au soutien d’artistes (Comédiens et musiciens) français et africains, un spectacle réunissant poésie, discours célèbres, chants et musique contre le racisme.

 

Combattre le racisme implique en premier lieu sa déconstruction. Etablir le dialogue entre les cultures nécessite la mise en lumière de ce qui leur est commun, et de l’enrichissement mutuel résultant de la rencontre ces cultures.

A ce titre le nom de Congo Square, à la Nouvelle Orléans est très emblématique.

 

Congo Square est à la fois « cet ailleurs »étranger et« cet ici »familier. C’est la rencontre des peuples d’Afrique et de la France, sur une terre indienne d’Amérique du nord, devenue anglo-saxonne.

 

C’est ce bout terre vers lequel des familles originaire de la Picardie ont voyagé, pour ne plus revenir, à l’époque où la France était une monarchie.

Ce bout de terre qui a donné naissance au Jazz, au Blues, et au Gospel c’est le delta du Mississipi.

 

Nous vous proposons de vivre à travers le spectacle From Limpopo to Mississippi River, en passant par la Somme,  l’odyssée de ce dialogue entre l’Afrique, l’Europe et les Amériques.


Trois personnages historiques d’ascendance africaine ayant des liens avec la Picardie illustrent merveilleusement ce dialogue, dans le domaine scientifique, musical et littéraire : Abraham Hanibal, le Chevalier de Saint George et Alexandre Dumas.

 

A travers ce spectacle vous découvrirez les chants et rythmes des chœurs du Limpopo, d’Afrique du Sud, ainsi que ceux du delta du Mississipi, des Etats Unis. Ces chœurs seront ponctués par des lectures de poémes, des discours de grands combattants pour la liberté (Pouchkine, Martin Luther King Jr, Aimé Césaire, B, Frederick Douglass…) et de Jazz.

 PROGRAMME:

Accueil du public 14h

Allocution de bienvenue 14h 30

From Limpopo to Mississippi River

Une fresque musicale proposée par Okemba M’otsangou Hermann

Abbians (France) 15h 

Tambours du Rwanda 15h 45

Ballet No Comment (Gabon)   16h   

Dirigé par Georgette Nguema                                               

Nação Palmares Capoeira (Brésil)   16h 15        

Interlude 16h 30

Allocution  du représentant de l’Etat, des représentants du corps diplomatique, des  autorités municipales et des représentants des associations 17h

Vernissage Exposition Les Héros Africains                 

Du Chevalier de Saint George, appelé le « Mozart noir », et autres héros de la Révolution Française, des personnages bibliques, aux  savants noirs, des héros de la première et de la deuxième guerre mondiale, vous découvrirez les richesses des contributions africaines au patrimoine culturel de l’humanité.

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/13027180485300196/BRISTOL_INYANGE1.jpg

BALLET INYANGE (Rwanda)  17h45

Ingamadji MUJOS Némo (Tchad) 18h45 

Zulu & Gospel Songs (France, Maroc, Côte d’Ivoire, Algérie, Gabon, Congo)  19h30      

Master Class From Limpopo to Mississippi River   20h15

Fin de la manifestation   20h45    
  

L'entrée est gratuite. Il est fortement conseillé de réserver afin de bénéficier de la gratuité du Barbecue et du Buffet afro caribéen. 

Partager cet article

Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 16:37

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/MOISE.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/herman_image04.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/herman_image02.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/311820_10150323383036222_702611221_8507321_144583365_n.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/NTchorere.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/coleman_portrait_1_350.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/ADDI_BA.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/MARTIN_LUTHER_KING_JR_MEETS_KWAME_NKRUMAH_IN_AFRICA_PHOTO_TAKEN_IN_MARCH_1957.jpg

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/velazquez-juan-pareja.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/Guerrier_Zulu.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/Femme_Mangbetu.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/un_Oba_entoure_de_dignitaires_et_de_musiciensBenin.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/phillis-wheatley-1.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/un_personnage_royal_Royaume_dIfe_XIIIe-_XIVe_siecles_Nigeria.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/Crispus_Attucks.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/79d088d7cb.jpg

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/Harriet.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/ANTAR_LE_LION.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/Tete_couronnee_dun_Oni_Nigeria_Ife_XIIe_-_XVe_siecles.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/NUBIAN_TEMPLE_GUARD_FROM_THE_ORIENTALIST_SCHOOL_OF_PAINTING.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/Harriet-Tubman-blog.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/Roi_Njoya.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/europe_james.jpghttp://sd-1.archive-host.com/membres/images/miniatures/13027180485300196/DR_KING_AND_MALCOM_X.jpg

 

GABON

L’université Omar Bongo nous a permis d’organiser la conférence sur les héros africains le 17 décembre 2010 : nous avions également eu la proposition de donner des cours d’histoire sur la thématique proposé par le projet Congo Square.

Après les deux conférences que nous avions organisé à l’Université Omar Bongo, et dans une salle privé du centre ville de Libreville, le 19 janvier 2011, grâce à l’UOB nous avons pu mettre en place une antenne d’IMPRO NORD au sein de l’université à Libreville : une quinzaine de bénévoles ont ainsi rejoint IMPRO NORD.

Pour l’organisation de la prochaine conférence et exposition sur les Héros Africains, nous avons obtenu le partenariat du CASIBO, qui est l’unique structure au Gabon autorisée à organiser des manifestations sous le haut patronage du Président de la République Gabonaise.

Nous avons pu obtenir le 18 janvier 2011 une audience à l’Assemblée Nationale de la République du Gabon : grâce au soutien du directeur de cabinet du président de l’Assemblée Nationale, qui nous avait reçus, nous avons pu négocier le soutien officiel du troisième personnage de l’Etat gabonais, pour le projet Congo Square.

 L’agenda du président ne nous ayant pas permis de le rencontrer directement à Libreville, une rencontre a été proposée par le directeur de cabinet  avec le président, à Paris, après son retour de voyage au Canada.


CONGO

Pour la première fois je me suis rendu en République du Congo du 24 décembre 2010 au 17 janvier 2011, après 24 ans d'absence.

L’accueil très favorable accordé par nos nouveaux partenaires institutionnels au Congo a suscité beaucoup d’espoir et de confiance, pour la réalisation du projet Congo Square. Nous avons été accueillis par les plus hautes autorités de l’Etat congolais, à travers le Ministre d’Etat coordinateur du Pôle Socio-culturel, le recteur de l’Université Marien Ngouabi, et le maire de la capitale congolaise, qui a mis à notre disposition tous les moyens de la mairie de Brazzaville, pour organiser l’exposition et la conférence sur les héros africains.

Nous avons retenu sa proposition pour le prochain voyage au Congo.

Ces trois personnalités ont joué un rôle déterminant dans le très bon accueil du projet Congo Square en République du Congo. Nous avons été particulièrement été marqué par l’audience accordée le 13 janvier 2011 par le Ministre, qui nous a accordé un très long entretien.

 

L’université Marien Ngouabi nous a proposé par le canal du doyen de la faculté de sciences et de la faculté de lettres, un partenariat pour organiser des conférences qui seront inscrites dans le calendrier des conférences et des communications de l’université. Nous avions également bénéficié d’un accueil chaleureux du directeur du Centre Culturel français de Brazzaville, qui a proposé un partenariat pour organiser dans les locaux du CCF l’exposition et la conférence sur les héros africains.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

le mot du Directeur :

Nous ne pouvons pas combattre le racisme si nous ne sommes pas unis. Cependant, cette solidarité ne peut pas exister aux dépens de l’identité des individus : elle doit respecter l’intégrité individuelle.
Créer un monde uni mais non uniforme prend sens dès lors que la diversité de la race humaine est prise en compte. Ce n’est pas en abolissant les différences que l’unité sera réalisée, mais plutôt en apprenant à connaître et à apprécier la valeur intrinsèque de chaque culture et de chaque individu.
Ce n’est pas la diversité qui est la source des conflits, mais l’immaturité des attitudes, et l’intolérance envers ce qui est différent, ainsi que les idées fausses entretenues sur autrui.

Hermann Okemba
Directeur  IMPRO NORD

.







IMPRO NORD est une plateforme régionale agréée par le Ministère de l'Education Nationale,ayant le statut juridique associatif, qui réunis des acteurs publics et privés, autour du tryptique :
. Le partage du savoir
. La lutte contre les discriminations
. Le dialogue interculturel